The effect of that ignorance was, that one fine day the astute King and his philosophical Minister found themselves in England, without crown or office. Ainsi commença, dans des circonstances sombres et défavorables, le 29 octobre 1840, le gouvernement dont Guizot demeura la véritable tête pensante pendant près de huit ans, dans l’ombre du président du Conseil, le maréchal Soult. 32. Louis Guizot naît le 9 novembre 1740 près du Cap-Français, sur l'île de Saint-Domingue.Cousin germain d'André Guizot, le père de François Guizot, il est le fils de Paul Guizot, un colon huguenot établi sur l'île depuis 1726 [1] et d'une esclave afro-antillaise de Saint-Domingue, Catherine Rideau. 32. Dans ces compagnies savantes, Guizot continua près de quarante ans à prendre un intérêt actif et à avoir une influence. « Guizot et la question du suffrage universel au XI Xe siècle », Colloque de la Fondation Guizot-Val Richer, François Guizot et la culture politique de son temps, Paris, Gallimard Le Seuil, 1991, pp. Sa petite-fille Marguerite ayant épousé Paul Schlumberger, François Guizot est donc l'ancêtre des frères Schlumberger et des entrepreneurs Jérôme Seydoux, Nicolas Seydoux et Michel Seydoux. 9. Sur la théorie constitutionnelle de la monarchie de Juillet Le roi et Guizot se rencontrèrent à nouveau à Claremont House, en Angleterre. Les barricades doivent être prises avant l’aube ». Son premier souci fut de maintenir la paix et de restaurer les relations amicales avec les autres puissances européennes. le suffrage universel, c’est au nom même de la raison dont il entend faire son unique hori-zon de légitimité. Télécharger l’article, Fabienne Reboul Chez Suard, il fit la connaissance de Pauline de Meulan, une femme de 14 ans son aînée, noble et libérale de l’Ancien Régime, contrainte par les épreuves de la Révolution de gagner sa vie dans la littérature et engagée pour la rédaction d’une série d’articles dans le Publiciste. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992. Elle se distingue par là de l'histoire du … Télécharger l’article, Claude Lefort 27. Sans persuasion ni humour, rarement ornée, elle condensait en quelques mots avec la force d’une autorité suprême[réf. P. Duvergier de Hauranne Chassés de Nîmes par la Révolution, madame Guizot et son fils partirent pour Genève, où il reçut une solide éducation[4]. L’Histoire de la révolution d’Angleterre, ou le dur métier d’éditeur, 6. Il expulsa de Paris Marx, qui dut se réfugier à Bruxelles[13]. Suite à la Révolution de février 1848 et l'abdication du roi Louis Philippe, le suffrage universel est proclamé le 2 mars 1848. Guizot was a dominant figure in French politics prior to the Revolution of 1848. […] Permettez-moi donc, dans l’intérêt de notre dignité à tous […] d’effacer ce mot de mon langage, et […] parlons de l’abus des influences. François Guizot (1787-1874) Comme avant l'existence du suffrage universel total, il y aurait des « peuples citoyens » actifs et des « peuples citoyens » observateurs. TD 3 : Le suffrage universel « Il faut s’avouer impuissant devant cette fatalité politique d’un nouvel ordre dans l’histoire : le suffrage universel. Mole échoua à former un gouvernement et, entre minuit et une heure du matin, Guizot, qui à son habitude s’était couché tôt, fut de nouveau appelé aux Tuileries. », « Vous avez inscrit trop longtemps sur votre drapeau : « Résistance et toujours résistance », « Nous ne sommes plus les ministres de Sa Majesté, c'est à d'autres de décider du cap à suivre. La force du ministère ne reposait pas sur ses membres, mais seulement sur la cordiale coopération dans laquelle travaillaient Guizot et Thiers. Celle-ci vote la Constitution de la IIème République le 4 novembre 1848. Le suffrage universel n’est cependant plus remis en cause après le décret du 5 mars 1848. Du point de vue de Lord Palmerston et de Thiers, leur politique était mesquine et pitoyable ; mais c’était une politique qui assurait la paix dans le monde et unifiait les deux grandes nations libres de l’Ouest de l’Europe dans ce qu’on appelle l’Entente cordiale. 3. Il naquit à Nîmes dans une famille protestante, alors que l'édit de Fontainebleau était toujours en vigueur : l'édit de Versailles rétablissant la tolérance de leur culte et l'état-civil pour les protestants fut promulgué en novembre 1787. 9. 1. Il devint néanmoins l'un des plus ardents soutiens de Louis-Philippe Ier. Episode 3. Guizot : la carrière d'un libéral lhistoire . Comme il le remarqua lui-même, il était étranger au Royaume-Uni et novice en diplomatie ; l’état de confusion de la question syrienne, où le gouvernement français s’était démarqué de la politique commune de l’Europe, et peut-être l’absence totale de confiance entre l’ambassadeur et le ministre des Affaires étrangères, le plaça dans une position embarrassante et fausse. La Révolution anglaise 10. L’organisation définitive et régulière de cette grande victoire que les classes moyennes ont remportée sur le privilège et sur le pouvoir absolu de 1789 à 1830, voilà le but vers lequel j’ai constamment marché », « ce qui a souvent perdu la démocratie, c’est qu’elle n’a su admettre aucune organisation hiérarchique de la société, c’est que la liberté ne lui a pas suffi ; elle a voulu le nivellement. La famille Guizot portait : de vair, à une bande losangée d'or et de gueules[26]. GUIZOT ET LORD ABERDEEN EN 1852. Ce document a été mis à jour le 27/06/2008 Octave Feuillet Claude Bernard Les enseignements secondaires et universitaires furent également l’objet de sa protection éclairée et de ses soins, et une prodigieuse impulsion fut donnée aux études philosophiques et à la recherche historique. ÉCHANGE DE VUES SUR LA RÉFORME ÉLECTORALE ET LA CORRUPTION. Le suffrage universel contre Paris révolutionnaire Face à crise, gouvernement provisoire cherche solution dans élections (=légitimité) Par liste départementale. Il collabora en particulier au Globe. La chute du régime de Juillet La confrontation des deux documents permet de comprendre les enjeux du suffrage universel en lien avec l’émergence de la question sociale. Charles Brifaut En Lord Aberdeen, secrétaire aux Affaires étrangères de Sir Robert Peel, Guizot trouva un ami et un allié sympathique. Télécharger l’introduction, Laurent Theis François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809) Définition du proverbe et de l'adage : Le proverbe est une sentence populaire ou un mot familier et plein de sens. Pendant la Seconde Restauration, Guizot fut secrétaire général au ministère de la Justice, alors confié à Barbé-Marbois, mais il démissionna avec son chef en 1816. Victor de Laprade, 11. Même s'il favorisa l'envie de gagner de l'argent dans la nation française, ses habitudes conservèrent leur simplicité primitive, mais il ne se privait pas d'exploiter chez les autres les passions dont il était lui-même exempt : certains de ses instruments étaient retors. C. G. Étienne M. Guizot était parvenu à un tel degré de manipulation de tous ceux qui l’approchaient que lui et son maître se réjouissaient probablement à l’idée d’un pourrissement généralisé. De 1822 à 1830, il publia deux importantes collections de sources historiques, les Mémoires de l’histoire d’Angleterre en 26 volumes, et les Mémoires sur l’histoire de France en 31 volumes, proposa de nouvelles traductions de Shakespeare, et fit paraître un volume d’essais sur l’Histoire de France. Il démissionna instantanément, ne retournant à la Chambre que pour annoncer que le gouvernement était dissous et que Mole avait été appelé par le roi. Pour lui, le peuple n'est. Sommaire I- Une analyse comparative pour évoquer l'instabilité politique en France au XIXe siècle Après-midi 24 février 1848. François Roger Alphonse de Lamartine Guizot constate que le plus souvent, la société des intelligence est la même que celle des nantis. Pasquale Pasquino Sur la théorie constitutionnelle de la monarchie de Juillet Télécharger l’article. Il échoua complètement à percevoir qu’une vision plus large de la destinée libérale de la France et qu'une confiance moins absolue dans ses théories personnelles auraient préservé la monarchie constitutionnelle et empêché les désastres, qui furent finalement fatals à tous les principes qu’il défendait. 22. Avec le gouvernement Palmerston, Guizot sentait dans chaque agent britannique de par le monde un adversaire amer et actif ; de sa grande combativité résultait un conflit perpétuel et des contre-intrigues. Guizot et la Révolution française Sans persuasion ni humour, rarement ornée, elle condensait en quelques mots avec la force d’une autorité suprême, « […] La bourgeoisie avait une mission […], c’était de devenir […] la tête du peuple ; c’était là une mission sacrée pour laquelle elle avait reçu l’intelligence, la science, l’expérience des temps passés. Cette citation est devenue un enjeu de confrontations, voire de caricature. Il méprisait l’argent, vécut et mourut pauvre. Comme l'a fort bien écrit Laurent Theis, à propos de ce pair intellectuel de Tocqueville, de ce compagnon politique de Thiers : « aucun professeur, chez nous, n'exerça un tel rayonnement, aucun homme de gouvernement ne demeura si longtemps aux affaires. À la fin des Cent-Jours, au nom du parti libéral, il se rendit à Gand pour porter un message à Louis XVIII. Guizot s’écrie : « Le suffrage universel n’aura jamais son jour. » Dans le même temps, il réunifia et renforça le parti conservateur, qui sentait la présence d'un grand chef à sa tête, appelant à l’épargne et à la prudence de la nation plutôt qu’à la vanité et à l’ambition. Cette histoire s’achève en 1798, et fut continuée jusqu’en 1870 par sa fille Madame Guizot de Witt à partir des notes de son père. 16. L'histoiredu libéralisme français ne peut être retracée sans qu'il soit tenu compte de ce fait. Dans ces activités littéraires et dans la retraite de Val-Richer les années s’écoulèrent calmement et rapidement. Louis Guizot naît le 9 novembre 1740 près du Cap-Français, sur l'île de Saint-Domingue.Cousin germain d'André Guizot, le père de François Guizot, il est le fils de Paul Guizot, un colon huguenot établi sur l'île depuis 1726 [1] et d'une esclave afro-antillaise de Saint-Domingue, Catherine Rideau. Ces contributions furent interrompues par sa maladie, mais immédiatement reprises par un rédacteur inconnu. » À ces critiques, Guizot répondait avec mépris : « Vous aurez beau amonceler vos calomnies, vous n’arriverez jamais à la hauteur de mon dédain ! Capitale couverte de barricade + roi sans ministère. […] Permettez-moi donc, dans l’intérêt de notre dignité à tous […] d’effacer ce mot de mon langage, et […] parlons de l’abus des influences. Durant cette période, il s'investit également dans la Société de la morale chrétienne et dans la société Aide-toi, le ciel t'aidera hostile à la politique ultra de Charles X[4]. Il s’est placé entre les deux parties, comme un corps étranger, pour empêcher qu’elles ne puissent se réunir. Il s’appliqua en premier à faire passer la loi Guizot du 28 juin 1833 (les communes de plus de 500 habitants doivent avoir une école de garçons) et les trois années suivantes à la mettre en application. Il me fait l’effet d’une femme honnête qui tiendrait un bordel »[16]. 6. Les Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine conservent les papiers de François Guizot, sous la cote 42AP : La dernière modification de cette page a été faite le 20 décembre 2020 à 09:05. A. Cuvillier-Fleury Paul de Noailles La plus grande partie du temps, il résidait au Val-Richer, une ancienne abbaye cistercienne, près de Lisieux en Normandie, qui avait été vendue pendant la Révolution. Pierre Rosanvallon Guizot et la question du suffrage universel … Sommaire I- Une analyse comparative pour évoquer l'instabilité politique en France au XIXe siècle Alfred de Falloux Un suffrage universel masculin (1848-1851) La seconde république portée par son peuple instaure véritablement le suffrage universel masculin en 1848, soit 61ans avant celui de l’Italie et 60 ans avant celui du Royaume-Uni, et cela à tous Français métropolitains âgés de 21 ans minimum. Auguste Barbier Thème : l’action politique. L’organisation définitive et régulière de cette grande victoire que les classes moyennes ont remportée sur le privilège et sur le pouvoir absolu de 1789 à 1830, voilà le but vers lequel j’ai constamment marché »[14]. Les éléments d’instabilité sociale étaient toujours actifs ; ils espéraient les soumettre, non par des mesures réactionnaires, mais par l’application ferme du pouvoir fondé, dans le cadre d’une constitution, sur le suffrage de la classe moyenne, et défendu par les plus grands talents littéraires du moment. Louis de Loménie Thème : l’action politique. […] L’occasion était grande ; il s’agissait de préparer, d’inaugurer l’avènement de la démocratie […]. F. A. Mignet, 21. Dans le numéro du 18 mars, on peut lire : Official corruption found plenty to be corrupted. ». «F. Sa réception officielle eut lieu le 22 décembre 1836. P. A. Lebrun Déterminé à résister à une telle intrigue, Guizot et le Roi plongèrent la tête la première dans une contre-intrigue, complètement contraire à leur engagement avec le Royaume-Uni, et fatal au bonheur de la reine d’Espagne. 14. Leur rencontre à Londres avait été courte, mais elle se transforma rapidement en respect mutuel et en confiance. C. M. de Feletz 33. François Guizot fut élu à l’Académie française, le 28 avril 1836, au fauteuil 40, succédant au comte Destutt de Tracy, mort le 9 mars 1836. Sa philosophie politique reposait indéniablement sur l’élargissement du pouvoir aux Français les plus méritants, lesquels, à son sens, se trouvaient majoritairement au sein de la classe moyenne, ainsi que l’atteste le discours qu’il prononça le 3 mai 1837 devant la Chambre des députés : « Oui, aujourd’hui comme en 1817, comme en 1820, comme en 1830, je veux, je cherche, je sers de tous mes efforts la prépondérance politique des classes moyennes en France. 37. Son éloquence parlementaire était brusque, austère, démonstrative et impérieuse. 30. Mais une chose est évidente : la révolte de la rue doit être stoppée ; ces barricades prises ; et pour ce travail il me semble que le maréchal Bugeaud doit être investi des pleins pouvoirs, et ordonner de prendre les mesures militaires, et comme votre Majesté n’a pas de ministère en ce moment, je suis prêt à rédiger et à contre-signer un tel ordre », « Je n’ai encore jamais été battu, et je ne le serai pas demain. Au cours de banquets électoraux, Guizot a beaucoup tourné autour de thèmes similaires, mais il n'a jamais eu cette expression synthétique qui sera forgée contre lui par ses adversaires politiques. Le suffrage universel, les théories que, moi, j'appelle destructives, et rien de plus, qui les met en avant aujourd'hui ? Dans le consistoire protestant de Paris, Guizot exerça la même influence. Victor Hugo se rappela l’avoir vue aux soirées officielles, vêtue de façon austère « en guimpe et coiffe noire ». Il resta, sa vie durant, un croyant dans les vérités de la révélation, et l’un de ses derniers écrits porte sur la religion chrétienne. Suffrage universel Depuis le transfert de la souveraineté opéré le 17 juin 1789, le suffrage est au cœur du nouvel ordre politique, puisque c’est par lui que la nation (ou le peuple) légitime l’autorité publique. […] Le déchirement est inévitable […] La bourgeoisie a reproché à l’ancienne royauté d’avoir opposé une résistance implacable à l’esprit de son temps, et d’avoir par là amassé une révolution également implacable. Alexandre Soumet Il resta environ une année au Royaume-Uni, se consacrant à l’histoire. Télécharger l’article, Paul Viallaneix L’héritage des Lumières 40. 6. 4. de Marina Valensise Les papiers personnels de François Guizot sont conservés aux Archives nationales sous la cote 42AP[21]. Eugène Scribe Un dernier banquet doit se tenir à Paris le 22 février 1848, mais Guizot l’interdit. 19. […] L’occasion était grande ; il s’agissait de préparer, d’inaugurer l’avènement de la démocratie […]. Jusqu’à l’été 1874, la vigueur mentale de Guizot et son activité furent intactes. Victor Cousin De plus, 25 ans suffisait afin d’être éligible (exception faite pour les militaires). Guizot et l’Instruction publique Pendant l’Empire, Guizot, entièrement absorbé par ses travaux littéraires, publia une collection de synonymes (1809), un essai sur les beaux-arts (1811) et une traduction des travaux d’Edward Gibbon, accompagné de notes (1812) dont notamment Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain qu'il traduisit en commun avec Pauline de Meulan[4]. Le suffrage universel n’est cependant plus remis en cause après le décret du 5 mars 1848. 2 GARNIER-PAGÈS Louis-Antoine, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Pagnerre, 1861-1872, vol. Elle mourut en 1827. Jules Favre Leurs opinions évoquaient davantage la rigueur d’une secte que l’élasticité d’un parti politique. Dans son Avertissement au pays, daté du 25 décembre 1840, Edgar Quinet mettait en garde la bourgeoisie au pouvoir : « […] La bourgeoisie avait une mission […], c’était de devenir […] la tête du peuple ; c’était là une mission sacrée pour laquelle elle avait reçu l’intelligence, la science, l’expérience des temps passés. 29. Joseph Droz Hachette et l’apothéose du grand-père historien, Lettre de Guizot à Henriette, à propos du Val-Richer, Prix Guizot du Conseil général du Calvados, Prix François Guizot de l’Académie Française. Le vote des notables Caricature de Honoré Daumier, R&ompense honnéte aux électeurs obéissants, parue dans la Caricature, 17 juillet 1834. Quatre hommes politiques et un "nom" candidats à l’élection présidentielle. Guizot et la question du suffrage universel au XIXe siècle Télécharger l’article. 15. 35. Guizot, comme tous les penseurs libéraux de la Restauration et de la monarchie de Juillet, a été longtemps négligé, pris qu'il était entre les deux temps forts de la théorie politique moderne : l'apogée révolutionnaire du rousseauisme d'un côté, les commencements de la tradition socialiste de l'autre. En quinze ans, sous son influence, le nombre de ces écoles primaires grimpa de dix mille à vingt-trois mille ; les écoles normales pour les maîtres, et le système d’inspection, furent introduits ; et des conseils d’éducation, sous l’autorité partagée des laïques et des religieux, furent créés. Thiers obtint qu'il ne reçût qu'un ministère technique, pour lequel l'ancien professeur à la Sorbonne avait au demeurant toutes les compétences requises. Il ne connaissait rien aux finances ; les affaires et le commerce lui étaient étrangers ; il était peu familier des affaires militaires et navales ; tous ces sujets étaient traités par l’intermédiaire de ses amis Pierre Sylvain Dumon, Charles Marie Tanneguy, comte Duchâtel ou le maréchal Bugeaud. 28. fauteuil vacant Pendant quelques semaines, l’Europe sembla être au bord de la guerre, jusqu’à ce que le roi mît fin à la crise en refusant son consentement aux préparatifs de Thiers et en rappelant Guizot de Londres pour former un ministère et pour aider sa Majesté dans ce qu’il appelait « ma lutte tenace contre l’anarchie ». Les citoyens actifs, qui paient un impôt direct équivalant à trois journées de travail au moins, composent les assemblées primaires. » Il a été la figure domi… » Comme s’il n’avait pas eu déjà ses grands jours d’histoire, comme si la Convention n’était pas sortie de lui. 17. Louis Guizot naît le 9 novembre 1740 près du Cap-Français, sur l'île de Saint-Domingue. En octobre 1809, à 22 ans, sa critique sur Les Martyrs de François-René de Chateaubriand reçut l’approbation et les remerciements de l’auteur et il continua à contribuer à des périodiques. 35. ], il était le type d'autorité que les charges, l’esprit, la gaîté, l’ironie et les discours de ses adversaires laissaient de marbre. Aucun des trois chefs de cette alliance ne prit de poste ministériel, et Guizot ne fut pas mécontent d'accepter le poste d’ambassadeur à Londres, ce qui l’écarta du combat parlementaire pour un temps. Guizot était alors un membre influent, avec Royer-Collard, des « doctrinaires », un petit parti fermement attaché à la Charte et à la couronne, et plaidant pour une politique du juste milieu entre l’absolutisme et un gouvernement héritier de la période révolutionnaire[4]. 39. Guizot et le problème religieux Lord Palmerston écrivit que la guerre entre le Royaume-Uni et la France était, tôt ou tard, inévitable. Jamais sans doute la France n’a été aussi libérale et entrepreneuriale que pendant la monarchie de Juillet. 18. Mais une chose est évidente : la révolte de la rue doit être stoppée ; ces barricades prises ; et pour ce travail il me semble que le maréchal Bugeaud doit être investi des pleins pouvoirs, et ordonner de prendre les mesures militaires, et comme votre Majesté n’a pas de ministère en ce moment, je suis prêt à rédiger et à contre-signer un tel ordre ». », « Oui, aujourd’hui comme en 1817, comme en 1820, comme en 1830, je veux, je cherche, je sers de tous mes efforts la prépondérance politique des classes moyennes en France. L'instaurationdu suffrage universel, après 1848 2, banalisera également sur un autre mode ce problème, donnant l'illusion de sa résolution. 36. Télécharger l’article, Edition de la correspondance entre François Guizot et Dorothée de Lieven, 1830-1848 : Guizot sous la monarchie de Juillet, 1848-1874 : La retraite de Monsieur Guizot, 4. Louis Guizot (1740-1794) est un homme politique et magistrat français.Premier maire noir d'une commune française, il … Peu de temps après, il s’échappa à travers la Belgique et de là à Londres, où il arriva le 3 mars. 129-145. 23. 1. Et pourtant, en mars 1847 encore, le premier ministre Guizot avait déclaré à la Chambre : « Il n’y a pas de jour pour le suffrage universel. françois guizot intro : de famille libérale c'est dans les années 1980 que françois guizot réapparaît avec pierre rosanvallon. Les historiens ne sont pas certains de l'origine exacte de cette phrase, mais la plupart s'entendent pour confirmer que cette citation, retenue par l'opinion publique et les détracteurs politiques de Guizot, est tronquée. L’une des compagnies de l’Institut de France, l'Académie des sciences morales et politiques, qui avait été supprimée par Napoléon, fut relancée par Guizot le 26 octobre 1832[9]. 8. Cependant, François Guizot adopta pour devise « Linea recta brevissima », et pour armes : d'azur, à une divise d'argent[27]. Biographie. Un de ses gendres cultiva la propriété. Joseph Autran On parla aussi d’un poste de professeur à Oxford, ce qu’il était incapable d’accepter. Celles-ci élisent les assemblées du second degré, formées de citoyens dont la contribution équivaut à dix journées de travail au moins. Exposé de 4 pages en histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe : François Guizot (1787 - 1874). Il resta fier, indépendant, simple et combatif jusqu’à la fin ; et ses années de retraite furent peut-être les plus heureuses et les plus sereines de sa vie. C'est lorsqu’il occupa cette fonction au ministère de l’Instruction publique, de second rang mais de première importance, que ses grandes compétences furent le plus utiles au pays. À ce sujet, les préjugés du roi étaient insurmontables et ses ministres avaient la faiblesse d’y céder. François Guizot, pour l'état civil François Pierre Guillaume Guizot, né le 4 octobre 1787 à Nîmes, mort le 12 septembre 1874 à Saint-Ouen-le-Pin, est un historien et homme d'État français, membre de l'Académie française à partir de 1836, plusieurs fois ministre sous la monarchie de Juillet, en particulier des Affaires étrangères de 1840 à 1848, devenant président du Conseil en 1847, peu avant d'être renversé par la Révolution française de 1848. Il se mit bientôt à écrire dans un journal édité par Jean Baptiste Antoine Suard, le Publiciste, ce qui l’introduisit dans le milieu littéraire parisien. Guillaume Guizot devint un homme de lettres remarqué, et fut professeur au Collège de France et haut fonctionnaire. Il était réputé être versé dans l’histoire britannique et la littérature anglaise, et sincèrement attaché à l’alliance des deux nations et à la cause de la paix. Son hostilité aux ultras lui fit perdre jusqu'en 1828 son poste à la Sorbonne[4]. Des abus et des manquements graves furent dévoilés même dans les rangs du gouvernement, et la corruption de l’administration fut dénoncée sous un ministre incorruptible. Le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte (40 ans) est élu président de la République au suffrage universel (masculin) après une violente mais courte campagne électorale. François Guizot ; Le dictionnaire universel des synonymes (1809) Les bienfaits du despotisme sont courts, il empoisonne les sources mêmes qu'il ouvre. […] Le déchirement est inévitable […] La bourgeoisie a reproché à l’ancienne royauté d’avoir opposé une résistance implacable à l’esprit de son temps, et d’avoir par là amassé une révolution également implacable. Des sommes d’argent furent mises à sa disposition, ce qu’il refusa. 27. 22. Une entente amicale avait été établie à Eu entre les deux cours au sujet du mariage de la jeune reine en Espagne, mais le langage de Lord Palmerston et la conduite de Sir Henry Bulwer (futur Lord Dalling) à Madrid laissait penser à Guizot que cette entente était rompue, et qu’il était prévu de mettre un Saxe-Cobourg sur le trône espagnol. Faute d'un véritable droit de réunion, les opposants organisent, à la fin de l'année 1847, une campagne de banquets destinée à soutenir leurs revendications. L’après-midi du 23 février 1848, le roi convoqua son ministre, qui siégeait à la Chambre, pour l’informer de la situation à Paris et dans le pays.